Tunisie-GGS-general geosciences services-général géosciences services-étude géotechnique-Etude géophysique-Prospection par électromagnétisme-acquisition des données-traitement des données-plan de masse

 > Modélisation moderne qui identifie les poches de gaz en utilisant une étude géophysique par prospection électromagnétisme

Interprétation, modélisation moderne identifie des poches de gaz, description du problème et sa solution adopté: 

      Dans le but de caractériser l’extension latérale des couches géologiques souterraines, dans un site engagé dans le gouvernorat de l’Ariana (à Tunisie), décelant en quelques endroits du GAZ issu à partir des sondages de reconnaissance géotechniques lors de la réalisation d’un port financier. General Geosciences Services (GGS) a jugé que l’exécution d’une étude géophysique par prospection électromagnétique est devenue indispensable. 

 

Toutefois, il y a lieu de signaler que cette prospection géophysique était adoptée pour apporter des éléments de réponses plus clairs sur le contexte structural souterrain, notamment la détection des poches du gaz.

Résultats géophysiques: 

La prospection électromagnétique a bien permis de répondre aux questions qui lui ont été posées. En effet, l’analyse de l’ensemble des profils réalisés sur le domaine du projet a permis de révéler trois principaux horizons. Le premier, fortement conducteur commençant à partir de la surface du sol et se terminerait vers 15-20 m de profondeur.

Plan de masse du projet 

Le second, également très conducteur, représentant le substratum, commencerait après 30-35 m de profondeur. Ces derniers de par leur conductivité très forte sont caractérisés par des couches géologiques gorgées d’eau fortement salée. Entre les deux, est intercalé un horizon plus résistant. Ce dernier parait homogène sur la totalité du site, néanmoins, il est caractérisé par un contraste nettement distingué au niveau du secteur Sud-Est du site.

En ce lieu, cet horizon correspond à des couches plus perméables (à dominante argilo-sableuse). Cette anomalie bien qu’elle serait de perméabilité plus élevée, ne constitue pas un réservoir contenant du gaz du fait que cet horizon se trouve, dans quelques endroits, en contact direct avec l’air.

Cette hypothèse est également confirmée par le forage SCQ5 où on n’a pas signalé d’indices de gaz jusqu’à la profondeur 30m.

Pseudo-section 1D inversion

Carte de résistivité à Z = 25 m

Les zones Rouges dans les pseudo-sections indiquent des zones à forte résistivité correspondant aux poches du gaz.

Nous vous présentons ci-contre la reconnaissance des résultats sur le plan réel.

 < Modélisation moderne qui identifie les poches de gaz en utilisant une étude géophysique par prospection électromagnétisme

Pour plus d’informations contactez nous:

Laisser un commentaire

Your email address will not be published. Required fields are marked *

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

clear formSubmit